Josni Bélanger X ANALOG/MTL

IMG_2126

Crédit photo : Julie Hrnčířová

Parle-nous un peu de toi :

Je suis un jeune photographe touche à tout et éternel étudiant qui fait de la photo argentique depuis presque 7 ans maintenant. Je suis présentement au BFA en Photographie à Concordia, après une Résidence à l’École Nationale Supérieure de la Photographie en France. J’ai sorti un livre éponyme en 2014 (sold out) et un zine l’an passé, Ad Rem, distribué par Stolen Ground (toujours disponible lui).

Pourquoi la photo argentique ?

C’est beau. C’est vivant. Y’a quelque chose de chaud et réconfortant (malgré le stress de l’attente) dans le chimique et l’organique de l’argentique. Il faut une implication minutieuse requise quand on shoote en pellicule contrairement à la désinvolture que le numérique permet trop souvent. Si la photo est bonne, elle l’est, si elle est mauvaise, même chose ; le film ne pardonne pas, mais cette faculté ne sert qu’à rendre chaque cliché plus authentique et poignant.

Ta photo préférée dans ce que tu vas présenter à ANALOG/MTL :

91980019

Tout ce qu’on photographie sur le vif au final, c’est l’intersection des chronologies entre nous et nos sujets. J’aime bien m’imaginer la suite lorsque les chemins se séparent ; compléter l’histoire derrière les moments. J’ai une affection particulière pour ces deux dames, comme si c’était un duo à la Thelma et Louise poivre et sel, sauf que ça ne finit pas dans un ravin, mais devant un beau soleil couchant.


 

Josni est l’un des onze photographes invités à la deuxième édition de ANALOG/MTL. Organisée par AYE MAG, cette exposition éphémère de photographie argentique aura lieu au Matahari Loft, le 29 avril prochain.