THE WOMANHOOD PROJECT: Carolane Stratis

Through a series of interviews and portraits WOMANHOOD explores different aspects and complex issues related to womanhood with a more intimate view.    More about the project here.

 

 Ma maladie mentale est pas mal mon plus gros struggle. Je ne souhaite à personne de faire une dépression dans la vie, même si je n’ai aucun tabou à en parler à qui veut bien l’entendre. Comme ma tête fait défaut, j’en vois un peu moins sur le reste de mon corps.

NOM: Carolane Stratis

ÂGE:  30 ans

15102016-img022

— Quel a été/est ton plus gros « struggle » en tant que femme? Je dirais que ma maladie mentale est pas mal mon plus gros struggle. Je ne souhaite à personne de faire une dépression dans la vie, même si je n’ai aucun tabou à en parler à qui veut bien l’entendre. Comme ma tête fait défaut, j’en vois un peu moins sur le reste de mon corps.

— Qu’as-tu appris de ça?

J’apprends de plus en plus à me faire confiance et à laisser aller ce qui me rend malheureuse. C’est plus facile à dire qu’à faire cependant parce que je suis maman et que ça vient avec plein de responsabilités et de contraintes. Genre des contraintes de sommeil!

Carolane(2)

— Quelle est ta relation avec ton corps et plus spécifiquement en rapport avec la maternité

C’est certain que j’ai eu des moments de doute quand j’ai accouché de mon fils, surtout par rapport à comment mon corps avait changé. J’ai eu tellement un accouchement weird et intense (tsé, accoucher en 15 minutes dans ma salle de bain, ça laisse des traces) que je n’ai pas eu l’énergie de me prendre en main moralement pour les changements physiques qui sont survenus pendant ma grossesse. Ça fait maintenant 4 mois que je vis avec mon fils, mon 20 lbs de plus sur mon corps et ma nouvelle cellulite et je dirais que c’est de mieux en mieux. Surtout que je prends du mieux. Je ne me trouve pas laide. En fait, je ne me suis jamais trouvée vraiment laide. Il faut peut-être que j’apprenne de nouveau à prendre possession de mon corps et me le réapproprier. J’ai justement arrêté d’allaiter parce que mon corps voulait plus rien savoir. Même si ça m’a fait de la peine, ça me donne envie de prendre mon corps pour moi et de le redécouvrir.

Carolane(3)

— Ta définition de la féminité.

C’est intéressant que la question soit posée au « la » et non au « ta » parce que les deux sont bien différentes pour moi. J’apprends avec le temps à ne plus identifier la féminité au féminin seulement, j’ai de plus en plus d’ami. e. s queer et me rapproche des milieux militants trans aussi pour apprendre à devenir une personne qui est une alliée et essayer d’être le moins clueless possible. Alors j’apprends aussi qu’il y a toutes sortes de gens et de genre. Certains s’identifient à la féminité et d’autres non. Les deux sont corrects.

De mon côté, je pense que j’ai un attrait assez profond pour la féminité. J’aime me maquiller et m’habiller. J’en fais mon métier même! Je pense qu’il y a un lien assez fort avec comment j’entretiens mon corps (meaning : la base de me laver et me brosser les dents) et le fait d’aller bien mentalement. Alors je suis toujours contente d’avoir du temps et de l’énergie à consacrer à mon corps. Et je dis ça, mais je suis aussi super à l’aise de ne pas être maquillée ou de ne pas prendre de douche tous les jours ou de ne pas me raser.

— Quelles femmes t’inspirent le plus?

Ça dépend des jours! J’ai une vraiment grande admiration pour mes collaboratrices de Ton Petit Look et TPL Moms, il y en a tellement qui sont des games changers dans ma vie, j’essaie le plus possible de leur dire et de leur faire comprendre la générosité qu’elles donnent pour aider les gens. Ça reste des fois dur, parce que nous en avons presque 200.

Carolane(4)

— Quand est-ce que tu te sens la plus belle?

Pas mal tout le temps. Si je dois prendre un moment, disons quand je dors parce que je dors toute nue et que je n’ai pas honte de mon corps.

— Pourquoi as-tu voulu participer à ce projet et poser nue?

J’ai eu quelques amis photographes dans la vie et personne n’a jamais voulu me prendre en photo toute nue. Je pense que c’est  peut-être que les gens ne me trouvent pas sexy à la base et qu’on m’associe souvent à cute. Pour dire, une fois, j’ai été à un bal avec une robe transparente et on voyait clairement mes seins au travers et les gens me disaient que c’était cute. Ça me fascine. Alors, je voulais challenger ça et l’image que les gens ont de moi. Tant qu’à faire, autant le faire post — accouchement pour défaire encore plus de tabous!

Comment a été l’expérience?

J’ai vraiment aimé ça et j’espère que ça ne vous a pas choquée que je sois vite à l’aise avec la nudité! C’est vraiment un beau souvenir d’une période flou de mon été.

Carolane


Project created by Sara Hini & Cassandra Cacheiro

Photography: Cassandra Cacheiro

Creative Direction: Sara Hini